Vidéo – Rivalités entre Eto’o et El Hadji Diouf : Cheikh Tidiane Gomis s’en mêle : « Eto’o mo… »

Vidéo – Rivalités entre Eto’o et El Hadji Diouf : Cheikh Tidiane Gomis s'en mêle : « Eto’o mo… »

Vidéo – Rivalités entre Eto’o et El Hadji Diouf : Cheikh Tidiane Gomis s’en mêle : « Eto’o mo… »

Natif de Nkon, banlieue de Yaoundé, Samuel Eto’o Fils fait ses premiers pas dans le quartier de Mvog-Ada, l’un des plus démunis de la capitale camerounaise. Pour offrir une vie plus confortable à ses six enfants (trois garçons et autant de filles), Eto’o père, comptable de métier, conduit les siens à Douala. La famille s’installe à Newbell, quartier sensible de la cité portuaire. Sur les terrains vagues bosselés, Samuel, fan de Roger Milla, dribble en liberté avant de rejoindre l’Union camerounaise des brasseries de Douala. À treize ans et demi, l’attaquant impose son style en deuxième division locale. Une poignée de buts et il débute avec les Cadets camerounais, avant d’être surclassé.

Alors qu’il n’a que quinze ans, Samuel Eto’o rejoint la France pour tenter sa chance dans un club européen4. Arrivé à Marseille, il passe par Carpentras avant de rejoindre la capitale4,5. Il ne dispose alors que d’un visa de dix jours, bien insuffisant pour s’installer à Paris et ne peut pas sortir régulièrement de son appartement, pour ne pas risquer d’être refoulé4,6,5. Malgré les difficultés d’intégration et celles liées au climat, Eto’o reste plusieurs mois à Paris avec sa famille7 et demande à intégrer le centre de formation du Paris Saint-Germain6,4. Sans-papiers, le club parisien refuse de le recruter4,6.

Il rentre au Cameroun et intègre l’école de football de la Kadji Sport Academies basée à Douala, capitale économique8 et principal port d’entrée au Cameroun, où le buteur fait partie des meilleurs espoirs locaux4,9. Le club du Havre, en partenariat avec l’académie et prioritaire sur les joueurs, l’invite à un essai en Normandie4. Eto’o reste près d’une semaine sur place mais n’est pas retenu4. Pierre Foissac, le recruteur havrais qui le repère au Cameroun, se souvient : « Le formateur qui l’a observé ne l’a pas trouvé bon… Il y avait cinq joueurs cette semaine-là. On en a gardé quatre et on a laissé filer la pépite »4. Eto’o prend part à d’autres essais, à l’AS Saint-Étienne ou encore à l’AS Cannes mais ils ne se révèlent pas concluants6.

Voir aussi  Exclusif - Grave maladie de Marieme Faye Sall : La voyante Sokhna Aida Mou Serigne Saliou revient à la charge '' Ay djiguéne nioko ligueye té fébar bi daf koy....''

Surclassé en équipe nationale, lors de sa première sortie avec les Juniors camerounais, Eto’o signe un doublé malgré la défaite contre la Côte d’Ivoire (3-2). Il est surtout repéré par Pirri, recruteur du Real Madrid, qui lui propose un essai. Dix jours après, Eto’o débarque en Espagne3.

Débuts et difficultés à s’imposer à Madrid (1996-2000)
En 1996, Samuel Eto’o retourne en Europe avec un visa en règles6. Arrivé à l’aéroport de Barajas, à Madrid, il commence une période d’essai avec le prestigieux club espagnol du Real Madrid8. Alors qu’il n’a que quinze ans, il signe un contrat avec le club madrilène8. Lors de sa première saison, il évolue avec la Castilla, l’équipe réserve madrilène, car encore trop jeune pour jouer en équipe première.

Voir aussi  Vidéo - Kawtef : Affaire audio Fuité, Kiné Badiane brise le silence « Sama Papa… »

Samuel Eto’o est prêté au CD Leganés lors de la saison 1997-1998, qui évolue alors en 2e division espagnole10. Il y fait ses débuts le 30 août 1997 et marque son premier but quelques jours plus tard, le 10 septembre face à Vallecas en Coupe du Roi10. Eto’o fait partie du onze titulaire qui inaugure le stade de Butarque, le 14 février 199810. En 30 matchs joués avec le club de deuxième division, il trouve le chemin des filets à quatre reprises10.

Eto’o retourne au Real Madrid, lors de la saison 1998-1999, mais ne joue qu’un seul match, son premier en Liga face à l’Espanyol de Barcelone. Pour la seconde partie de saison, Samuel est prêté six mois à l’Espanyol mais ne joue qu’un seul match, entrant en jeu contre le Real Valladolid en Coupe du Roi au mois de février 199911.

Pour l’exercice 1999-2000, Eto’o retourne à nouveau à Madrid où il est barré par Raúl, Fernando Morientes ou encore la nouvelle recrue Nicolas Anelka. Il joue tout de même sept rencontres mais ne marque aucun but. Le 21 septembre 1999, Eto’o joue son premier match de Ligue des Champions à l’occasion de la réception du Molde FK (4-1)12. En janvier 2000, l’attaquant participe au Championnat du monde des clubs dont il joue le match pour la troisième place13. Quelques jours plus tard, Eto’o est prêté au RCD Majorque six mois avec option d’acha

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here