SENEGAL-CANADA : Une cooperation bilatérale active

Le Sénégal et le Canada entretiennent, depuis 1962, d’étroites relations fondées notamment sur les valeurs communes de respect des libertés et de l’Etat de droit ainsi qu’une appartenance à la francophonie. Celles-ci se traduisent également par une convergence de vues en matière de politique étrangère.

C’est sur cette base que les deux pays ont construit un partenariat dynamique et multiforme aussi bien à l’échelon fédéral qu’à l’échelle des provinces avec le Québec en tête de pont. Si l’éducation (70% de l’aide canadienne avec pour cibles les enfants et les jeunes), la formation professionnelle et l’autonomisation des femmes et des jeunes restent toujours les domaines prioritaires de l’aide canadienne au développement, il y a lieu de se féliciter de la présence de plus en plus marquée d’entre- prises canadiennes au Sénégal.

UNE COOPERATION ECONOMIQUE DYNAMIQUE

Les relations économiques entre le Sénégal et le Canada offrent un potentiel intéressant de croissance, notamment dans les secteurs des mines, de l’agriculture, du pétrole, du gaz, des énergies propres et du numérique. Grâce au cadre attractif mis en place par le Gouvernement du Sénégal, une soixantaine de compagnies canadiennes sont aujourd’hui actives dans les domaines stratégiques de notre économie à l’instar du secteur minier.

Les échanges commerciaux entre les deux pays s’établissaient à 60,7 millions $ CAD en 2018 (environ 27.282.405.722 FCFA).
Les entreprises canadiennes occupent une place stratégique dans différents secteurs, particulièrement le secteur aurifère.

En 2020, les investissements canadiens au Sénégal dé- passeront le milliard de dollars canadiens (environ 449.463.026.725 FCFA).
Dans le but de mieux valoriser les atouts dont dispose le Sénégal, l’Ambassade sénégalaise à Ottawa organise, chaque année, un forum économique au Canada, à l’effet d’augmenter les échanges entre les deux pays. D’ailleurs, la prochaine édition de ce forum est prévue au début du mois de juin 2020 et sera organisée en partenariat avec la Province du Québec et sa Délégation Générale à Dakar.

L’AIDE AU DEVELOPPEMENT

Estimée à 1,3 milliard de dollars CAD (environ 452.162.647.000 FCFA) depuis 1962, l’aide publique au développement octroyée au Sénégal par le Canada, a significativement contribué aux efforts de lutte contre la pauvreté dans notre pays.

Entre 2017 et 2018, cette aide a atteint 87,82 millions de dollars CAD (environ 39.708.923.000 CFA), faisant du Cana- da le troisième bailleur de fonds bilatéral pour le Sénégal qui en est le premier bénéficiaire en Afrique de l’Ouest.

En novembre 2013, les deux pays ont signé un cadre de responsabilité mutuelle en matière de coopération au développement, confirmant ainsi leur engagement réciproque à la réalisation de leurs objectifs de développement.

LA COOPERATION MILITAIRE ET SECURITAIRE

Dans le domaine militaire, la coopération canadienne, vieille de plus de 25 ans, a contribué, de manière continue et significative, à la préparation des officiers sénégalais aux missions de maintien de la paix avec les actions suivantes :

– Soutien au projet de surveillance des pêches
au Sénégal ;
– Formation au maintien de la paix dans le cadre du Pro- gramme d’Aide à l’Instruction Militaire (PAIM) ;
– Appui aux opérations de soutien à la Paix.

Par ailleurs, le Sénégal est membre de « l’initiative Elsie »lancée par le Canada, en vue de promouvoir la participa- tion des femmes dans les opérations de paix.

ENSEIGNEMENT SUPERIEUR, FORMATION PROFESSIONNEL ET CULTURE

En raison de la qualité de ses universités et autres centres de formation professionnelle, le Canada – le Québec en particulier attire de nombreux jeunes sénégalais. En 2018, il y avait 1430 étudiants sénégalais qui détenaient un permis valide pour étudier au Canada. À noter que le Sénégal et le Québec sont liés par un Accord d’Entente et de Coopération au titre duquel, et chaque année, un lot de 52 bourses d’exemption est mis à la disposition du Sénégal.

En matière de formation professionnelle, le Québec est en partenariat avec le Sénégal dans le cadre de la mise en place des Instituts supérieurs d’enseignement profession- nel (ISEP).

Plusieurs partenariats existent entre des structures québécoises et des entités sénégalaises, notamment :

Voir aussi  Dernière minute : Le khalife général de Médina Baye inhumé ce jeudi
– La Cour des Comptes du Sénégal (2 auditeurs sénégalais sont en stage au Canada et 3 autres sont attendus en fin 2020) ;
– L’Ecole nationale d’Administration du Sénégal (ENA) qui est en partenariat avec son homologue québécoise, l’ENAP.

Dans de le domaine culturel, l’appartenance des deux pays à la Francophonie a largement contribué aux échanges culturels et artistiques, de part et d’autre.
La Conférence des Ministres de l’Education des pays ayant le français en partage (CONFEMEN) et la Conférence des Ministres de la Jeunesse et des Sports de la Francophonie (CONFEJES) ont leur siège à Dakar.

La coopération canadienne finance également plusieurs projets culturels au Sénégal ainsi que des voyages de troupes artistiques sénégalaises au Canada.

Au titre des nombreux accords qui enrichissent le cadre de coopération entre le Sénégal et le canada figurent :

– l’accord entre le Canada et la République du Séné- gal concernant les Télécommunications signé à Ottawa le 14 mai 1975 ;
– le protocole d’entente entre le Gouvernement du Québec et le Gouvernement du Sénégal signé le 23 juin 1987 (Québec) ;

– le protocole d’entente entre le musée du Québec et le Gouvernement de la République du Sénégal signé le 23 juin 1987 (Québec) ;
– le protocole d’entente entre la Cinémathèque québécoise et le Gouvernement du Sénégal du 23 juin 1987 (Québec) ;

– l’accord entre le Canada et le Sénégal sur la coproduction audiovisuelle signé le 27 septembre 2000 (Santorini) ;

– la convention entre le Gouvernement de la Ré- publique du Sénégal et le Gouvernement du Canada en vue d’éviter les doubles impositions et de prévenir l’évasion fiscale en matière d’impôt sur le revenu du 2 août 2001 signé à Dakar ;

– le protocole d’entente entre le Ministère de la Défense Nationale du Canada et des Forces armées canadiennes et le Ministère des Forces armées de la République du Sénégal concernant le Programme d’instruction et de coopération militaire canadien du 11 juillet 2012 (Dakar) ;

– L’énoncé de conclusion concernant l’élaboration et le dépôt du Plan National Géomatique (PNG) du Sénégal, en vertu du Protocole d’entente conclu entre le Gouvernement du Canada et le Gouverne- ment de la République du Sénégal du 12 octobre 2012 (Dakar) ;

– la déclaration d’intention concernant l’Accord sur le transport aérien entre le Gouvernement du Canada et Gouvernement du Sénégal du 12 octobre 2012 (Dakar) ;

– la déclaration d’intention concernant l’Accord bilatéral sur la promotion et la protection des investissements entre le Gouvernement du Canada et le Gouvernement du Sénégal du 12 octobre 2012 signée à Dakar ;

– l’accord entre la République du Sénégal et le Canada concernant la promotion et la protection des Investissements signé le 29 novembre 2014 à Dakar ; – le protocole d’entente de collaboration entre la République du Sénégal et la province du nouveau Brunswick au Canada signé le 30 novembre 2014 à Dakar;

– l’entente d’établissement entre le Gouvernement de la République du Sénégal et le Gouverne- ment du Québec régissant les privilèges et immunités du Bureau du Québec à Dakar signée le 4 mars 2016 ;

– l’avenant à l’entente d’établissement entre le Gouvernement de la République du Sénégal et le Gouvernement du Québec régissant les privilèges et immunités du Bureau du Québec à Dakar du 25 juin 2018 ;

– le protocole d’entente relatif à la création d’un centre canadien de soutien opérationnel et l’assis- tance à la conduite d’autres activités militaires au Sénégal du 20 novembre 2018 signé à Ottawa.

UNE COOPERATION MULTILATERALE AGISSANTE

Le Sénégal et le Canada travaillent en étroite collaboration au sein des Instances internationales telles que l’Organisation des Nations Unies (ONU) et l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) afin de promouvoir la paix et la sécurité, la démocratie, les Droits de l’homme ainsi que le développement durable.

Les deux pays collaborent en matière de maintien de la paix des Nations Unies et les Forces armées sénégalaises sont bénéficiaires du Programme d’instruction et de la coopération militaires de la Défense nationale du Canada.

Voir aussi  Urgent : Serigne Moustapha Sy testé positif au Coronavirus

En outre, le Canada a fait de la promotion des femmes dans le cadre des Opérations de Paix de l’ONU une grande priorité, notamment à travers l’initiative Elsie. Le Sénégal, qui a adhéré à l’Initiative, a été retenu parmi les quinze pays pilotes, pour le premier cycle de financement du fonds ELSIE, lancé en mars 2019 par l’Entité des Nations unies pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes (ONU-Femmes). Prévue pour une durée de cinq (05) ans, avec un montant de 15 millions de dollars, l’initiative Elsie repose sur les piliers suivants :

• Des programmes de formation et d’assistance technique à l’intention des pays contributeurs de troupes et de police ;
• Un mécanisme financier d’appui aux pays contributeurs pour le déploiement de femmes chargées du maintien de la paix ;

• La recherche, le suivi et l’évaluation des composantes de l’initiative.
Dans ce cadre, le Canada appuie le Sénégal dans la mise en œuvre de sa stratégie d’intégration du genre au sein de ses forces armées et de sécurité.

Le Sénégal a également adhéré à l’Initiative canadienne sur les Principes de Vancouver sur le maintien de la paix et la prévention du recrutement et de l’utilisation d’enfants-soldats.

Approuvés le 15 novembre 2017 par 15 pays, ces principes visent à amener les Etats membres à lut- ter contre le recrutement d’enfants-soldats dans les conflits mais aussi à signaler les cas de maltraitance et d’abus sexuels à l’encontre des enfants dans les zones concernées par les Opérations de Paix de l’ONU.

Il convient de relever aussi que le Canada brigue un siège de membre non permanent au Conseil de Sécurité des Nations Unies pour la période 2021-2022.
Le Canada envisage de promouvoir le concept de sécurité économique, en vue de mettre en synergie les actions du Conseil économique et social (ECOSOC) et du Conseil de Sécurité des Nations Unies.

UNE COOPERATION TECHNIQUE ET FINANCIERE EFFICACE

L’Agence Canadienne de Développement International (ACDI) a investi plus d’un milliard de dollars canadiens au Sénégal.

Les interventions canadiennes au Sénégal sont adossées à un Cadre de Coopération signé, en novembre 2013. Ce Cadre de responsabilité mutuelle en matière de coopération au développement rappelle l’importance des valeurs que les deux pays ont en commun, à savoir, l’Etat de droit, la bonne gouvernance démocratique, la saine gestion des finances publiques, la lutte contre la corruption et les droits de la personne.

À ce titre, le Canada s’est aligné aux politiques de développement économique et social du Sénégal à travers le PSE qui, dans sa seconde phase, met l’accent sur son axe stratégique n°2, notamment la promotion du capital humain, l’élargissement de l’accès à la protection sociale, la préservation des conditions d’un développement durable et le renforcement des capa- cités socio-économiques des femmes et des filles. Les principaux domaines d’intervention du Canada sont :

• Les enfants et les jeunes représentant 59,8%, à travers l’éducation et la formation professionnelle ; • La sécurité alimentaire, représentant 19,9%, à travers l’agriculture et la nutrition ;

• La gouvernance économique qui constitue 20,3% des interventions, dans le cadre du suivi de la mise en œuvre du Plan Sénégal Emergent ; le Canada a octroyé au Sénégal un appui budgétaire général accompagné d’une assistance technique.

Au dernier Groupe Consultatif tenu en décembre 2018, le Canada ne s’était pas engagé de façon formelle sur un montant financier. Toutefois, il avait réaffirmé son soutien au programme de développement du Sénégal à travers le Cadre de responsabilité qui avait auparavant enregistré, lors du Groupe Consultatif de Paris tenu les 24 et 25 février 2014, des engagements nou- veaux s’élevant à 108 milliards de FCFA.

Par ailleurs, les deux Gouvernements ont signé, en novembre 2013, cinq Accords de partenariats institutionnels et commerciaux portant sur le cadre de coopération, le secteur énergétique, les mines ainsi que la gestion des impacts sociaux, des risques et opportunités associés aux projets de développement.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here