“Nuru”, “Nèkh lokho”, “Saflé”, “body-body”… Zoom sur les nouvelles pratiques des “masseuses”

Les salons de massages à Dakar se multiplient. En effet, dans tous les quartiers de Dakar il y a de petits instituts de massages avec des filles prêtes à tout pour satisfaire les clients qui sont souvent des hommes.

“Nuru massage”, “Nèkh lokho”, “Massage plus”, “Saflé massage”, “Massage body-body”. Ce genre d’annonces pullulent sur les réseaux sociaux et les sites publicitaires. Difficile en effet, de naviguer sur internet toute une journée sans croiser l’une de ces affiches aguicheuses qui vous crèvent l’œil et vous invitent dans une intimité à même de damner un saint. Et derrière ces annonces, se cachent des jeunes filles qui ont pignon sur rue dans tous les quartiers de Dakar. Elles sont souvent nichées à Ouest Foire, Dakar-Plateau, Nord Foire, Liberté 6, Sacré Cœur, Yoff, Sud Foire, Almadies, Ngor, Hlm, Maristes, Ouakam, Mermoz, Point-E, Médina, pour ne citer que ceux-là. Nos investigations nous ont permis de constater qu’il s’agit d’une escouade de jeunes filles logées dans des appartements meublés avec tous le confort requis qui exercent ces activités peu orthodoxes.

Comment attirent – elles les clients

Ce sont donc généralement des filles éparpillées à Dakar qui proposent des massages $en$uels inoubliables, attirant ainsi de potentiels clients qui cherchent à assouvir leurs pulsions sensuelles. Parfois, l’on peut voir des masseuses poster leurs photos réelles qui mettent en évidence leurs atours corporels, ou encore publient des photos de stars américaines hyper $*xy et autres célébrités. Robes $*xy, jupes courtes, jambes éc*rtées, deux pièces, p0itrine généreuse à la loupe, ou tout simplement des icônes représentant les parties génitales féminines. Ces masseuses telles qu’indiquées sur la toile font en douce et parfaite intimité le même boulot que les travailleuses du $*xe. Cette gangrène, en plus de révéler un malaise social profond, laisse entrevoir sans aucun doute un réel problème de santé publique.

Les problématiques du vieux métier

Défaut de carte sanitaire, absence d’autorisation administrative pour implanter une salle de massage, atteinte aux bonnes mœurs, proxénétisme, incitation à la débauche, la liste est loin d’être exhaustive. Et malheureusement ce sont les professionnels du métier qui paient le lourd tribut. Désemparés, ces experts qui pour la plupart ont côtoyé les services de kinésithérapie de plusieurs centres hospitaliers ne savent plus à quel saint se vouer. Mais connaît-on véritablement tout ce qui passe dans les salons de massage ? Qu’est ce qui les pousse à faire ce genre de pratiques qui n’honorent aucunement la gent féminine. Ces dernières sont-elles les seules à proposer ces offres indécentes que la morale rejette à tout point de vue? Immersion dans ce monde du plaisir sans tabou où tout est permis.

Qu’est ce que le massage

Le massage encore appelé massothérapie est un procédé thérapeutique destiné à améliorer le bien-être des personnes en appliquant sur le sujet un ensemble de techniques manuelles sur les différents tissus vivants. Des mouvements exercés sur l’épiderme, les muscles, les tendons et les ligaments. Exceptés les massages purement curatifs et exclusivement destinés aux praticiens chevronnés (massage prénatal pratiqué chez la femme enceinte dans la phase de travail par les sages-femmes et matrones, les massages pour les nouveau-nés visant à fortifier les os et les massages de rééducation au niveau des patients qui sont sous surveillance en kinésithérapie…), les autres types de massage – massage sportif, massage sur chaise, massage californien ou sensitif, suédois très populaire en Amérique du Nord, Shiatsu, massage thailandais lomi lomi, massage réflexologique, massage thaïlandais, massage aux pierres chaudes – ont des propriétés relaxantes. C’est d’ailleurs ce genre de massage qui connait une intrusion remarquable de prostituées clandestines couvertes par l’anonymat et qui ont fini d’investir la toile.

Pour dénicher une femme qui propose des massages plus, pas besoin d’aller loin. Il suffit juste de faire un clic. Un tour sur les réseaux sociaux nous a permis de trouver une d’entre elles qui fait ses activités qui s’apparentent à de la prostitution déguisée dans un quartier huppé de Dakar. Nous sommes le vendredi 13 septembre 2019. “Kay Sétsima légui ma défal la lou nèkh”, peut-on lire dans sa page d’accueil. Joint au téléphone, M. Sylla nous liste les différents types de massages qu’elle réserve à ses clients qui seraient prêts à débourser de l’argent pour évacuer leur stress après une journée de dur labeur ou encore assouvir leurs appétits sexuels.

“Notre salon se situe aux Almadies. Nous proposons tout type de massage. Il y a tout chez nous. Le massage tonifiant ou sportif est à 10.000 FCFA, intégral à 15.000 FCFA, américain 20.000 FCFA, massage à quatre mains 30.000 FCFA et body-body 30.000 Fcfa”, nous dit la dame sans entrer dans les détails. Interrogée sur les procédés pour chaque massage, elle coupe la discussion : “si vous voulez le savoir, venez voir par vous-même. Lépp amnafi (il y a du tout en langue locale”.

À la rencontre de B. Faye “Extase Massage”

Nous nous tournons vers une autre “masseuse” non loin de la foire de Dakar. Au bout du fil, la fille qui ne se doute pas une seconde qu’elle a affaire à un journaliste, nous dit de venir la voir directement dans son cabinet pour avoir tous les renseignements nécessaires. Vers 22h, après moult détours, nous arrivons au point indiqué. Sans doute, elle ne voulait pas attirer l’attention des voisins qui somnolent à cette heure tardive. “Je te vois, n’est-ce pas c’est toi qui est en chemise blanche avec un sac noir à la main. C’est l’immeuble marron qui est à ta droite. La porte est entrouverte. Je t’attends”, nous chuchote-t-elle comme pour ne pas réveiller les âmes qui occupent ce bâtiment de quatre étages.

D’un simple massage à une soirée érotique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here