Le mari cocu séquestre et bastonne le marabout qui aurait enceinté sa femme

Accusant le marabout Chérif Abdourahmane d’être l’auteur de la grossesse de son épouse, Cheikh Ben Omar Niasse le séquestre avant de lui fracturer la main.
Pour cela, il a été condamné à 6 mois ferme en sus d’un mandat de dépôt, hier, devant le tribunal des flagrants délits de Dakar. Mieux, le prévenu doit allouer la somme de 2 millions de francs Cfa à la partie civile.

Un an dont 6 mois de prison, telle est la peine que le tribunal des flagrants délits de Dakar a infligée à Cheikh Ben Omar Niasse. Il a été reconnu coupable des délits de séquestration et coups et blessures volontaires ayant entrainé une incapacité temporaire de travail (Itt) de 30 jours. Le prévenu a séquestré et battu Chérif Abdourahmane, son colocataire qu’il soupçonne d’avoir engrossé sa femme.

A la barre, le prévenu n’a pas nié totalement les faits.
A l’en croire, à la date du 30 novembre dernier, coïncidant avec le jour du Gamou, on lui a mis au parfum que Chérif Abdourahmane couchait avec sa femme. Une information qui a failli lui fendre le cœur. Il ne pouvait pas imaginer que sa femme le trompait. C’est ainsi qu’il a décidé de régler son compte avec ‘’son rival’’. Mais celui-ci avait pris la fuite en allant se terrer à Thiès, sa ville natale. Mais c’était sans compter sur la détermination du mari cocu.

Il le trouva dans la capitale du rail avec ses amis pour régler son compte. Le prévenu et ses amis, usant de la force, ont ramené la partie civile à Dakar dans le but de lui faire parler et d’entendre la vérité de sa bouche. ‘’Il a voué qu’il couchait avec ma femme’’, a déclaré le prévenu devant le prétoire. Il renseigne que sa femme a accouché le mercredi dernier. ‘’Je doute que l’enfant soit le mien, après tout ce qui s’est passé’’, a-t-il indiqué, non sans jurer qu’il a certes séquestré la partie civile, mais qu’il ne l’a pas frappée.

Ses déclarations ont été battues en brèche par le plaignant.
Revenant sur les faits, Chérif Abdourahmane admet qu’il a habité pendant 2 ans avec le prévenu, mais il n’a jamais été à l’aise du fait que ce dernier lui empêchait de respirer. Mieux, le marabout révèle que le problème est parti d’une dame répondant au nom de Soukèye. ‘’Elle racontait à tout va que j’avais des relations adultérines avec la femme de Cheikh Tidiane. C’était faux, mais il n’a voulu rien comprendre. Il s’en est pris à moi et a voulu me frapper. Je me suis rendu à Thiès pour éviter les problèmes.

Avec deux gorilles, ils sont venus m’y trouver en se présentant comme des policiers’’, a narré le prévenu. Les trois individus l’ont conduit à la maison avant de le faire vivre l’enfer. ‘’Ils m’ont déshabillé avant de me rouer de coups. C’est Cheikh qui me frappait. Ils m’ont frappé de 20 h à 4 h du matin avant de me donner des coups de coupe-coupe. J’étais ensanglanté. Ils ont fait tout pour que j’endosse la responsabilité de la grossesse de la dame, mais j’ai refusé’’, raconte, tristement, le prévenu.

Les supplices pleuvent sur lui.
Après qu’il a reçu des coups, ils lui ont donné ensuite de la bouillie sans sucre. Ce n’est pas tout. Ils l’ont mis tout nu et l’ont versé de l’eau chaude. ‘’Ils m’ont ensuite enfermé dans l’enclos des moutons. Je leur ai posé un traquenard pour m’enfuir’’, a soutenu la partie civile.

Ainsi, son avocat, Me Assane Dioma Ndiaye, a réclamé la somme de 10 millions de francs Cfa à titre de dommages et intérêts. A l’en croire, cette affaire devait même être renvoyée devant la Chambre criminelle.

Convaincu de la constance des faits, le ministère public a requis 6 mois d’emprisonnent contre le prévenu. Là où le conseil de la défense, Me Nohine Ndoye, a plaidé une application bienveillante de la loi.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here