Le Président Macky Sall aux Nations-Unis : « Le monde a changé. L’Afrique aussi. Changeons de paradigmes et de vision sur le continent »

Son Excellence Monsieur le Président Macky SALL a quitté Dakar ce 20 septembre pour participer à la 76e Session de l’Assemblée générale des Nations Unies à New York. Le Chef de l’Etat s’adressera à la séance plénière de l’Assemblée sur le thème : « Miser sur l’espoir pour renforcer la résilience afin de se relever de la COVID-19, reconstruire durablement, répondre aux besoins de la planète, respecter les droits des personnes et revitaliser l’Organisation des Nations Unies ».

Le Chef de l’Etat qui a porté la voix de l’Afrique sur plusieurs sujets

d’enjeux tels que la résilience, la problématique de la dette ou encore celle de l’équité dans l’accès aux vaccins, présentera le modèle sénégalais qui a valu à notre pays d’être souvent cité en exemple et d’être même classé champion d’Afrique et vice-champion du monde dans la gestion de la Covid-19

Le Président Macky SALL prendra également part à plusieurs événements en marge de la Session. Le retour du Chef de l’Etat est prévu le 25 septembre 2021.

PLUS DE 246 MILLIARDS DE DTS POUR UN RENFORCEMENT SPECIAL DE LA RESILIENCE

En Conseil des ministres le 1er septembre dernier, le Président Macky SALL annonçait que les 246,7 milliards de FCFA de Droits de tirage spéciaux (DTS) alloués par le FMI au Sénégal « seront consacrés, en priorité, au financement de lutte contre la pandémie de Covid-19; au renforcement global et à la résilience du système de san- té ; mais également au soutien des ménages, à travers le maintien de leur pouvoir d’achat et les mesures durables de stabilisation des prix des produits de grande consommation (sucre, huile, farine etc) ».

Dans les mois à venir, la stratégie de résilience sanitaire et de la souveraineté phar- maceutique sera marquée, assure le Chef de l’Etat, par la gestion de la pandémie Covid-19 « afin d’éviter la recrudescence des contaminations et l’avènement de nouvelles poussées épidémiques qui risquent d’accroître la forte pression sur le système sanitaire et limiter la reprise économique ».

Le gouvernement travaille sur la résilience et la relance de l’économie depuis l’irruption du coronavirus au Sénégal le 2 mars 2020.
Après une série d’actes en faveur des ménages et des entreprises, par le biais des mesures d’urgence à travers le Programme de résilience économique et sociale (PRES) doté de 1.000 milliards de FCFA.

A ce titre, le secteur privé a bénéficié de mesures spécifiques importantes visant notamment à consolider le cadre macro-économique et préserver l’emploi et la compétitivité des entreprises. Il s’agit notamment du remboursement de crédit de TVA dans des délais accélérés, de la subvention correspondant aux retenues d’impôts et taxes sur les salaires, du paiement des dettes aux fournisseurs de l’État, du mécanisme de financement en partenariat avec le secteur bancaire, du crédit

hôtelier et touristique, etc. Des aides financières spécifiques ont été ainsi allouées aux secteurs les plus impactés et aux Sénégalais de la diaspora.
En outre, le Président Macky SALL a poussé le bouchon plus loin en présidant, il y a un an, le 29 septembre 2020, le Conseil présidentiel sur le Plan d’actions prioritaires ajusté et accéléré (PAP2A) destiné à relancer l’économie durement éprouvée par la pandémie de Covid-19.

Les piliers de ce plan de relance sont la promotion d’une agriculture intensive, di- versifiée, de qualité et résiliente, un système éducatif performant, le développement d’un secteur privé national fort, le renforcement de la protection sociale et une transformation industrielle et numérique.

Le PAP2A mise sur un financement global de 14 712 milliards de FCFA (26,2 mil- liards de dollars) dont 4770 milliards (8,5 milliards de dollars) en provenance du secteur privé national et les 9942 milliards (17,7 milliards de dollars) restants attenus des partenaires au développement.

L’objectif visé par le Président Macky SALL est de retrouver, grâce à la mise en œuvre du PAP2A, une croissance du PIB de l’ordre de 5,2 % en 2021. Cette progression, sera projetée à 7,2% en 2022 et 13,7% en 2023, soit le premier taux de croissance du Sénégal à deux chiffres, grâce notamment à l’exploitation de ressources gazières et pétrolières.

Si le taux de croissance du produit intérieur brut (PIB) réel du Sénégal pour l’année 2021 est projeté à 5%, contre une projection initiale de 3,7%, c’est parce que l’Etat a consenti d’énormes efforts dans l’exécution d’investissements structurants et a pris toutes les dispositions pour la reprise de l’activité économique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here