Largué par sa petite amie, il crée un groupe Whatsapp dénommé «Thiagatou gui» pour la vilipender

Ingénieur en génie civil, Kaba Gueye, attrait, hier, à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar pour injures publiques et usurpation d’identité, a été condamné à 2 ans dont 1 mois et une amende de 500mille francs Cfa.

Ce dernier, largué par sa copine, Mame Sabel Diallo, a créé un groupe Whatsapp en utilisant les photos de cette dernière pour la vilipender sur les réseaux sociaux.

Cette affaire est une histoire d’amour qui a mal tourné. Après 3 ans de relation, Kaba a voulu passer à la vitesse supérieure. Il a voulu faire de sa copine la mère de ses futurs en la demandant en mariage. Contre toute attente, Mame Sabel lui a opposé un niet catégorique, lui disant qu’elle n’était pas amoureuse et n’était pas prête pour le mariage.

Kabou Gueye est sous le choc. Il ne digère pas cette pilule amère et déclare la guerre à sa copine. Il ouvre les hostilités en l’envoyant des messages insultants.Ne pouvant plus supporter les injures de son ex, Mame Sabel Diallo dépose une plainte. Mais, l’affaire a été très vite réglée à l’amiable.

Elle a retiré sa plainte tout en espérant que le sieur Gueye va lui coller la paix. Que nenni. Quelques jours après le retrait de sa plainte, le mis en cause a repris ses attaques. Les insultes tonnent sur la tête de la demoiselle. Pour mieux ternir son image, il a créé un groupe Whatsapp dénommé « Thiagatou gui » en utilisant les photos de son ex petite amie. Il la faisait paser pour une prostituée. Pis, Kabou avait piraté son compte Facebook.Ce,pour discuter avec les amis de la jeune fille dans le seul dessein de ternir son image.

Ne pouvant plus supporter les agissements peu orthodoxes de l’ingénieur en génie civil, elle a, alors,déposé une seconde plainte. C’est sur ces entrefaites que le concerné a été mis aux arrêts. Devant la barre, Mame Sabel Diallo a nié avoir été la petite amie du prévenu.

A l’en croire, ils étaient juste des amis. « C’est lui qui était amoureux de moi mais cela n’a jamais été réciproque», at-elle révélé, laissant entendre que le prévenu confond amitié et amour. Kabou Gueye a servi une version différente. «Cela fait trois ans que nous sortons ensemble, souligne t-il.

On ne s’est jamais séparés, du moins elle ne me l’a jamais signifié d’autant que le weekend dernier, nous étions ensemble jusqu’à 2 heures du matin. Je l’ai envoyé des messages injurieux pour dénoncer ce qu’elle faisait. Certes elle est ma copine mais, elle se prostituait parfois.

Je lui ai demandé vainement d’arrêter cette pratique qui ne l’honorait pas. J’avais même pris sur moi la décision de la verser, chaque semaine, 20 mille francs Cfa. Mais, elle considérait ce montant dérisoire, comparé à ses besoins. Je reconnais avoir agi sous le coup d’une jalousie maladive car je me sentais trahi, je ne supportais plus notre séparation. » Dans son réquisitoire, le maitre des poursuites a révélé que l’huissier a prélevé 140 messages injurieux.

Et le prévenu a continué de la traiter de prostituée à chaque fois qu’il en avait envie. « Toute sa réputation est anéantie », a-t-il constaté avant de requérir 6mois de prison ferme contre lui. L’avocat de la défense a plaidé l’application bien veillante de la loi. La juge, rendant sa décision, a infligé une peine ferme à Kabou Gueye qui va débuter le mois de Ramadan derrière les barreaux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here