Burkina Faso: Un jeune enfant abat un drone de l’armée française à l’aide d’un lance-pierres

Au troisième jour du blocus, les manifestants ont convergé par centaines vers le parking où l’armée française s’est retranchée la veille (vendredi 19 novembre 2021) à l’entrée de la ville de Kaya. La situation est très préoccupante, selon l’Agence d’information du Burkina (AIB). Acculée de toute part, l’armée française a procédé à des tirs de sommation.
En fin d’après-midi, ce samedi un drone qui survolait les manifestants a été visé et descendu par un jeune enfant à l’aide d’un lance-pierres. Les manifestants ont détruit l’objet volant qui appartient, selon eux, à l’armée française. L’enfant a été porté en triomphe par la foule de manifestant.

Deux camions portant des conteneurs et appartenant à l’armée burkinabè, ont subi la furie des manifestants. Mais finalement, ils ont été autorisés à suivre leur chemin, quand les manifestants ont appris que ces camions devaient ravitailler des soldats burkinabè engagés au Nord contre le terrorisme.

(…) Le gouverneur de la région du Centre-Nord, Casimir Séguéda, et le Maire de Kaya ont rejoint dans l’après-midi, le lieu des manifestations. Le gouverneur a annoncé que ce samedi 20 novembre 2021, au nom du gouvernement, l’armée française ne passera pas une troisième nuit à Kaya et qu’elle quittera le territoire burkinabè, selon l’AIB qui informe que Casimir Séguéda a demandé aux manifestants de libérer le passage pour permettre au convoi militaire français de rebrousser chemin sur Ouagadougou

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here