10 jours après la rentrée des classes, le lycée de Marsassoum attend toujours ses élèves

Le concept  » Ubbi tey jàng tey » (démarrer les apprentissages le jour de la rentrée) est encore une utopie à Marsassoum. 10 jours après la rentrée des classes, les cours n’y ont toujours pas démarré. Les enseignants pointent un doigt accusateur sur les parents qui retiennent encore leurs enfants à la maison pour des travaux domestiques, champêtres ou rizicoles.

Seulement, toutes les conditions de la reprise ne sont pas encore réunies. Sur les 34 salles de classes physiques, les 21, en abris provisoires, menacent ruine. faites de palissades en tiges de bambous, crépies avec du ciment, elles sont attaquées de partout par les termites qui les ont presque réduites en morceaux.

Les professeurs trouvés sur les lieux déplorent les échos sonores qui résonnent de partout pendant les cours et les morceaux de ciment qui s’effritent et tombent sur le tableau au moindre mouvement sur les palissades. A ces désagréments, s’ajoutent une cour non encore totalement nettoyée, des milliers d’élèves qui se font toujours désirer.

Aussi, les vacances scolaires se poursuivent-elles dans ce lycée communal qui polarise les collèges de Sansamba, de Kamoya, de Marakissa, de Djibabouya, de Bémet et de Niassène Diola.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here